Interview de Gilad Tiefenbrun dans The Times

Le 4 novembre 2016
Les audiophiles sont des amateurs difficiles, et pourtant c’est la cible de Linn Products. Ils paient pour entendre chaque note.

En plus de concevoir les cartes des circuits imprimés, Linn Products détient les brevets sur la manière de replier les boîtiers en aluminium.

« Personne ne livre des angles aussi nets que Linn » – Gilad Tiefenbrun.

Un directeur général qui se complaît dans les menus détails et qu’il nomme souvent « l’élimination incessante de la perte » lors de ses tournées dans l’usine familiale à Glasgow.

Alors que la plupart des marques hi-fi britannique sont pour la production de masse dans les pays asiatique, Linn a choisi d’employer 170 ouvriers à Glasgow pour assembler et expédier 100 unités par jour, chacun d’entre eux s’occupant d’une commande spécifique d’un client.

Un système d’entrée de gamme coûte  3500 €. À l’extrémité supérieure? Le système Klimax 65.000 €.
Selon M. Tiefenbrun, les clients viennent de toutes les couches sociales – Des ingénieurs, des pilotes, des dentistes, des médecins et des employés – et l’oligarque occasionnel – Mais les produits Linn ne sont pas ostentatoires. « Ce n’est pas un signe extérieur de richesse, comme conduire une Ferrari ou porter une Rolex. Personne ne saura que vous avez un système Linn. Votre système est dans votre salon à l’abri des regards».

L’appartement témoin de Linn.

Dans l’appartement modèle de l’usine de Glasgow, une longue table se trouve parmi des lampes angulaires élégantes avec d’énormes tapis, prêt pour un repas de fête. La voie de Norah Jones flotte dans l’air grâce à un ensemble Linn Klimax. Dans un cadre normal, cela pourrait passer pour une écoute facile, mais dans la « Linn Home » – Une salle d’exposition controlée par un iPad – cela se révèle très difficile de discerner l’amélioration du son entre les systèmes de 45k et 50k €.
« Linn doit sortir a chaque nouveauté le meilleur son sinon il n’y a pas de possibilité d’avoir du travail », dit M. Tiefenbrun.
L’astuce est de s’opposer à trop penser et d’aller dès fois à l’instinctif.

La musique est un incroyable partage d’émotion d’un être humain à un autre et cela par le miracle du temps et de l’espace. Donc, la seule question est de savoir comment nous allons donner et recevoir cette communication.

C’est la frustration qui a conduit le père de Gilad Tiefenbrun, Ivor, de commencer ses propres expériences hifi au début des années 1970, quand il a réalisé que son premier système n’était pas été aussi bon que celui de ses parents. Il a commencé à bricoler d’une certaine façon un plateau qui pourrait offrir le meilleur son. Ses expériences l’ont conduit à la naissance de la célèbre LP 12.

« Chaque fois qu’il y avait une découverte en termes de technologie, mon père et les autres ingénieurs couraient dans notre appartement pour écouter et comparer les différents changements qu’ils faisaient. Je suis arrivé à entendre Supertramp, 10cc, Queen et Pink Floyd mille fois chacun. J’ouvrai la porte et je disais: « Je ne peux pas dormir. »

Ivor Tiefenbrun savait que le succès de l’ingénierie était articulé sur le partage des idées, donc l’usine et la structure de l’entreprise a été construit avec à l’esprit cette idée. « Les ingénieurs savent que les cadres sont un gaspillage totale», dit son fils, « De sorte que la vraie compétence est dans l’orientation, sans entraver la recherche et le développement. Si vous donnez aux gens suffisamment d’informations, ils vont comprendre ensemble ce qu’il faut faire. Pendant ce temps, les personnes comme moi sont une surcharge mais nous sommes là pour soutenir ».

L’arrivée de Gilad au sein de l’entreprise.

Gilad Tiefenbrun travaillait à Londres en ingénierie dans les smartphones quand son père lui a suggéré qu’il devrait se soumettre à une entrevue avec Linn pour un rôle de premier plan dans le département de la recherche et du développement de l’entreprise familiale. Après avoir eu l’emploi, il a rapidement entraîné la société dans l’ère de l’internet en développant le premier streamer numérique Linn DS, qui a été lancé en 2007.

« Quand nous avons sorti un lecteur réseau à 10 000 €, les gens pensaient que nous étions des fous», dit Gilad Tiefenbrun, qui est devenu directeur général en 2009 et a immédiatement fait un autre changement radical. « Nous avons également été les premiers à laisser tomber le lecteur CD. Les gens m’ont demandé si cela était une sage décision d’arrêter un produit qui représentait 30 % du chiffre d’affaires. Ma réponse était que le streaming devait être l’avenir de Linn. »
La société a souffert pendant la crise financière, mais elle est maintenant sur la bonne voie. Le chiffre d’affaires de l’année dernière était de 17,8 millions de £.
Les nouveaux domaines d’intérêt comprennent le Space Optimisation qui ajuste le son en fonction de la pièce de nos clients entre autre.

Pour discerner une amélioration  dans le son, essayez le solo de piano dans le Concerto pour piano n°3 de Beethoven avec le Scottish Chamber Orchestra : Avec un système 65000 €, vous pourrez entendre la pression sur les touches, les arrêts et les départs. C’est comme si vous étiez assis dans la salle, les yeux et les oreilles tournés vers la scène. Les audiophiles sont sûrs d’aimer.

  • Son emploi : Fabricant dans la hifi haut de gamme
  • Qualifications : Diplôme en génie électronique et électrique;
    Executive MBA de la Harvard Business School
  • La meilleure à propos de son emploi : « Vous parcourez le monde et vous rencontrez des gens qui aiment les mêmes choses. Vous vous rendez compte que la musique à le pouvoir de rassembler toutes les cultures »
  • Le pire :  « L’incertitude de l’environnement économique mondial »
N'hésitez pas à partager l'article !